Accueil > Économie > Comprendre les graphiques et décrypter les stratégies des traders

Comprendre les graphiques et décrypter les stratégies des traders

Vous avez certainement déjà vu, au cinéma ou à la télé, des traders les yeux rivés sur des graphiques complexes, attendant de flairer la bonne affaire. Ça peut paraître un peu cliché, mais dans la vie réelle aussi, les traders utilisent des graphiques compliqués pour réussir.

Alors avant de comprendre comment tout cela fonctionne pour de vrai, mettez vous dans la peau d’un trader, et allez créer un compte démo sur IG market (alors on vous prévient tout de suite, nous ne sommes ni copains, ni partenaires, on a juste trouvé cette plate-forme pratique).

Le but du jeu : IG market vous offre 30 000€ (virtuels bien sûr) pour que vous puissiez acheter ou vendre des produits financiers pour vous faire plein d’argent (vous verrez l’argent que vous gagnez et que vous perdez en temps réel, c’est plutôt stimulant).

Pour analyser les graphiques, vous pouvez les afficher en cliquant sur le petit icône :

Une fois le graphique analysé, placez des ordres : il faut remplir la case “Contrat” avec la quantité de produits que vous souhaitez acheter (si vous pariez sur la hausse) ou vendre (si vous pariez sur la baisse). Conseil : si vous perdez trop d’argent d’un coup fermez vite votre position !

En gros :

  1. Choisissez le marché sur lequel vous voulez investir
  2. Étudiez les fluctuations des marchés en temps réel
  3. Choisissez si vous pariez sur la hausse ou la baisse du marché
  4. Déterminez le montant que vous souhaitez investir (conseil : ne claquez pas tout d’un coup)

N’ayez pas peur, la plate-forme est bien faite et les explications données vous aideront à débuter !

Maintenant fini de jouer, passons aux choses sérieuses

Grâce à cet article, nous allons découvrir ensemble :

  • Comment fonctionnent les graphiques compliquées qu’utilisent les traders et les amateurs de finance en général ?
  • Et comment lire ces graphiques pour comprendre ce qu’il se passe ?
  • Quelles stratégies faut-il suivre pour réussir ses deals ?
  • Comment s’amuser à trader du faux argent pour apprendre ? (attention, ça rend un peu accroc, même avec de l’argent virtuel !)

Première étape : apprendre à lire un graphique de trading

Si vous avez la nausée rien qu’en regardant les graphiques, prenez sur vous : on ne peut malheureusement pas parler trading sans parler graphique !

En effet, les graphiques sont des outils d’analyse indispensables au trader, car ils lui permettent de prendre ses positions (c’est-à-dire de savoir si il va acheter ou vendre, ou parier à la hausse ou à la baisse).

Les graphiques les plus intéressants utilisent les chandeliers japonais pour situer le cours du marché en temps et en heure. Ces graphiques sont tellement précis qu’ils vous permettent aussi de zoomer, c’est-à-dire, prendre une unité temporelle plus petite (la minute, l’heure) pour comprendre la fluctuation des marchés.

Mais si vous préférez une vue d’ensemble, il est aussi possible de “dezoomer” et d’utiliser le jour, la semaine ou même l’année comme unité temporelle. Tout cela dépend de votre stratégie de trading.

ezgif-com-resize

Ce schéma ci-dessus, parsemé de chandeliers japonais montre l’évolution du CFD “CAC 40” le 10 octobre 2016, de 10h30 à 12h30. Ici, chaque chandelier représente l’évolution du cours de l’indice à la minute.

Le CFD CAC40 ? C’est quoi ce truc ?!

On associe souvent les traders aux actions (si vous ne s’avez pas trop ce qu’est une action, lisez notre article sur la bourse). En vrai, les traders ne font pas qu’acheter des actions, ils trade aussi des produits dérivés.

Les produits dérivés sont un peu comparables aux machines à sous d’un casino. Ils permettent de parier sur des évènements financiers. Il existe beaucoup de produits dérivés différents (CFD, warrant, future, options, options binaires) et chacun implique son lot d’avantages et d’inconvénients.

Le CFD CAC40 est donc un produit financier qui permet de parier sur la hausse ou la baisse du cours du CAC40. C’est l’un des produits que vous pouvez trader sur IG Market ! À vous de découvrir les autres.

Et les chandeliers japonais ?! WTF ?

Chaque graphique est composé de bâtons rouges et verts. Ces petits bâtons sont appelés des chandeliers japonais. Pour la petite histoire, ces chandeliers sont utilisés depuis très longtemps par les Japonais pour analyser les cours du riz, et cela, bien avant que la Bourse n’existe.

Un chandelier se compose d’un corps (partie rouge ou verte) et de deux ombres (lignes situées en dessus et/ou en dessous du corps).

chandeliers

Comment interpréter les chandeliers japonais ?

Vous comprendrez mieux en utilisant un logiciel de trading vous-même mais pour commencer, faisons simple.

Disons que l’on étudie un chandelier qui représente le cours d’un indice sur une minute.

  • L’ombre haute de la chandelle indique la valeur maximale qu’a atteint le cours pendant cette minute.
  • L’ombre basse indique la valeur minimale du cours pendant cette minute.
  • La partie la plus haute du corps indique la valeur du cours à la fin de la minute que représente la chandelle.
  • La partie la plus basse du corps indique la valeur du cours au début de la minute.
  • Si le chandelier est vert, cela indique que le cours a grimpé pendant la minute. Si il est rouge, le cours a baissé.

Il y a des petites observations intéressantes à faire : si l’ombre du haut est très grande par exemple, cela veut dire que le cours est monté très haut à un moment donné (on parle de volatilité).

download
Ici, on voit que le cours est monté très haut (l’ombre supérieure), mais qu’il est redescendu assez bas (au niveau supérieur du bloc vert).

Voilà pourquoi les chandeliers japonais sont très utilisés en trading : ils permettent de réaliser des prévisions facilement en se référant seulement à l’apparence et aux couleurs de ces petits bâtons ! Et pour simplifier le tout, certains enchainements de chandeliers créent des figures particulières en fonction des tendances du marchés. Ainsi, en reconnaissant ces formes, il est possible de deviner ce qu’il peut se produire.

Voici quelques exemples de chandeliers particuliers suivis de leur signification

(Merci à Boursofinance.fr pour leurs jolies illustrations des chandeliers). 

  • pendu-et-marteauLe marteau : il est constitué par une longue ombre vers le bas et une absence d’ombre vers le haut. Il apparaît en tendance baissière et annonce une hausse du marché. On dit qu’il “martèle la baisse” pour provoquer un renversement haussier. Qu’il soit vert ou rouge, cela ne change rien, le résultat est le même. Et pour ne pas se tromper dans l’analyse et être sûr qu’il s’agit bien d’un marteau, il faut que le chandelier qui suit le marteau soit un chandelier haussier.

    Le marteau a aussi son petit frère qui s’appelle le pendu : la figure est la même sauf qu’il est l’inverse du marteau, il apparaît en tendance haussière et annonce une fin de hausse. Et là encore, pour être sûr, il faut que le chandelier qui suit le pendu soit un chandelier baissier.sans-titre-1
  • marabozu-haussiermarabozu-baissierLe marubozu est un chandelier sans ombre/mèche. Lorsqu’il est vert, il annonce généralement une tendance fortement haussière, et lorsqu’il est rouge, une tendance baissière. Ils représente un mouvement d’excès d’une tendance (par exemple, il y avait plus de traders qui achetaient des actions plutôt que des vendeurs). Bien souvent on observe une “pause” à la suite de ces chandeliers, en gros, le temps que le marché reprenne son souffle, que l’offre et la demande s’équilibrent.
  • etoile-du-matinL’étoile du matin est une figure haussière assez fréquente. Elle est composée d’un long chandelier rouge, puis d’un marteau inversé (vert ou rouge) puis d’un chandelier haussier. Et vous l’aurez compris, elle annonce un renversement haussier. etoile-du-soir
    L’étoile du matin a aussi sa petite soeur : l’étoile du soir, qui à l’inverse, prévoit un renversement baissier.
  • trois-soldats Les trois soldats est une figure très commune, composée de trois longs chandeliers haussiers. Cette figure témoigne généralement d’un emballement des cours à la hausse.Il existe également la figure inverse, c’est-à-dire, trois chandeliers baissiers (rouges) qui annoncenttrois-corbeaux une baisse du cours du marché. Ces trois chandeliers rouges sont appelés les trois corbeaux. 

…et il existe des dizaines d’autres figures qui pourront vous aidez à trader juste ! N’hésitez pas à vous documenter et à fouiller sur internet pour approfondir tout cela.

Bon alors maintenant qu’on a toutes ces infos… Comment on s’en sert ?

À ce stade là, inutile de vous dire que vous n’avez pas encore le level d’un trader de Wall Street. Car ce qui caractérise réellement un trader, c’est avant tout son sens d’analyse des graphiques, qui lui permet de parier juste sur l’évolution du marché et de se faire plein d’argent.

Mais c’est aussi sa stratégie, car c’est grâce à une stratégie bien définie et une rigueur incontestable que le trader va acheter au bon moment, revendre au bon moment, fermer ses positions quand il sent que la tendance va se renverser, et ainsi gagner de l’argent sans trop en perdre.

Le trader commence par définir ses gains et ses pertes

Avant de rentrer dans le détail, il faut savoir que les traders sont surtout de grands money-manager, c’est-à-dire qu’ils gèrent leur porte-feuille de manière très stricte. Et pour cela, il doit chaque jour avant de commencer à trader, définir sa stratégie ou plan de trading, et s’y tenir. De même, il doit aussi définir à l’avance son seuil de gains et de pertes : autrement dit, combien il est prêt à perdre et combien il veut gagner. Cette somme se compte généralement en pourcentage.

Par exemple si un trader qui investit 1000€ coupe ses positions à 10% de gains et à 2% de pertes, cela signifie qu’il gagnera 100€ par positions gagnantes et perdra 20€ par position perdante.
Résultat : si le trader perd deux fois et gagne une fois, il aura alors perdu 40€, mais gagné 100€. Il sera donc gagnant au final. 

Ainsi, le bon trader limitera toujours ses pertes, et même ses gains. Mais comment fait-il ? Il place des ordres !

trading-option-binaire-stoploss-courtier-perte-limiter2

Placer des ordres pour limiter les gains et les pertes

Pour éviter de se ruiner totalement, le trader place des ordres. Un ordre c’est un peu comme son parachute de secours qui lui évite de perdre tout son argent. Il en existe plusieurs types : des ordres stop, des ordres de ventes à seuil de déclenchement, etc. Et pour placer un ordre, il faut avoir auparavant défini son seuil de perte.

Exemple : Un trader achète une part de France Telecom à 2€ pour viser 2,10€ de gains, soit 5%. Il refuse de perdre plus de 2% sur cette position : son seuil de perte est donc fixé à 2%. Par conséquent, il devra placer un ordre stop à 1,96€ (car 2% de 2€ = 0,04€). Il devra placer cet ordre avant d’acheter.

Maintenant, passons aux différentes stratégies des traders

La stratégie du trader dépend surtout du temps qu’il dispose. Bien souvent, les traders débutants sont avides de gains rapides, car pour eux, rapidité rime avec facilité. Mais vous verrez que ce n’est pas toujours le cas.

Voici les différents styles de trading, libre à vous de choisir le votre en fonction du temps libre que vous avez.

1. Le day trading

Le trader qui fait du day trading a pour avantage de pouvoir dormir tranquille. Pourquoi ? Parce qu’il n’a aucune position en cours de validité durant la nuit. En effet, le “day trader” ouvre ses positions après l’ouverture de la Bourse de Paris, à 9h et les clôture à 17h30. 

  • Avantages : eh bien déjà il dort sans avoir peur de se réveiller ruiné (ce qui est un maxi avantage dans ce milieu). Mais surtout, tous les événements économiques et politiques qui surviennent après 17h30 et qui jouent sur les fluctuations du marché ne le concernent pas. Il évite donc tous ces risques, et prend soin de son porte-feuille.
  • Inconvénients : le trader aura l’obligation de tout clôturer chaque jour, et cela même si les pertes sont conséquentes… Le day trading est donc une question de timing, et qui, pour être bien géré demande énormément de concentration et de rigueur (il faut par exemple savoir fermer sa position à temps, et ne pas attendre un renversement de tendance à 17h29 qui vous permettra de gagner le pactole alors que vous êtes à -8000€). Vous vous en doutez, si vous voulez vous lancer dans le day trading, vous allez avoir besoin de temps (pensez à quitter votre emploi 😉 ).

2. Le swing trading

Contrairement au day trading, le swing trading permet de garder ses positions ouvertes après la fermeture de la Bourse. En général, le swing trader tient une position ouverte pendant deux à cinq jours, mais cela peut aller jusqu’à plusieurs semaines !

  • Avantages : bien souvent, le swing trader prévoit de meilleures performances qu’un day trader, car le temps devient son meilleur allié (ou son pire ennemi). De plus, le swing trading demande moins d’attention que le day trading qui lui, nécessite une concentration permanente.
  • Inconvénients : le swing trader doit accepter l’idée d’avoir des pertes plus élevées et d’être mille fois plus stressé que ses collègues day traders, du fait de garder ses positions après la clôture.

free-day-trading-course

3. Le scalp trading ou scalping

Le scalping a pour but de réaliser de faibles plus-values à répétition, sur de petits changements de prix, avec un risque limité. Le scalp trader (ou scalper) va chercher à ouvrir et fermer des positions sur des durées les plus courtes possibles : il peut très bien ouvrir une position à 9h24 et la refermer à 9h26.

  • Avantages : les risques de perte sont moindres, et de nombreux petits gains peuvent vite former de gros bénéfices si la stratégie est bien maîtrisée.
  • Inconvénients : pour gagner beaucoup d’argent, le scalper devra mettre de très grosses sommes sur la table, au moins des dizaines de milliers d’euros !

Toutes ces stratégies ont en commun d’utiliser les graphiques et nos fameux chandeliers japonais. Seulement, chaque stratégie utilise une unité temporelle différente pour anticiper la tendance du marché :

Le day trader utilisera l’heure comme unité de temps, voire la dizaine de minute puisqu’il devra clôturer ses positions en quelques heures.

Le swing trader utilisera évidemment la journée, mais se servira de l’heure pour avoir une vision plus claire.

– Quant au scalper, il utilisera les minutes voire les secondes.

Pour finir…

Maintenant que vous avez appris comment fonctionnent les graphiques, il est temps de retourner créer un autre compte démo (ou de poursuivre avec l’autre si vous n’avez pas cramé les 30 000€ gracieusement offerts !) et de jouer comme des pros ! Soyez forts !

Doria

Doria Messaoudene

Rédactrice — diplômée en littérature, passionnée de philosophie et de plein de trucs cool qui font réfléchir.

4 commentaires