Accueil > Mentalisme > Faites cracher le morceau à n’importe qui, grâce à cette astuce toute simple

Faites cracher le morceau à n’importe qui, grâce à cette astuce toute simple

Vous avez déjà eu, un jour ou l’autre, l’envie d’arracher la tête de votre interlocuteur pour lui en extirper des informations qu’il refusait de vous donner. Un commerçant qui semblait mentir par omission, un ami qui refusait de vous raconter son weekend, etc.

Chacun d’entre nous a ses techniques pour “faire craquer” son interlocuteur et en savoir d’avantage quand celui-ci garde un petit secret : chantage affectif, menace, humour… Aujourd’hui, je vous présente une technique sous-estimée qui a fait ses preuves à plusieurs reprises dans ma vie personnelle.

Vous discutez avec un ami. Vous lui demandez ce qu’il a fait de son weekend. Vous sentez une gêne dans sa réponse : “boh, rien de spécial. J’ai traîné chez moi.” Vous vous doutez qu’il vous cache quelque chose… mais quoi ? Comment lui faire cracher le morceau ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la technique la plus efficace ne consiste pas à lui poser des questions “pièges” pour le déstabiliser. La meilleure façon de faire, c’est d’affirmer quelque chose.

  • Ah, tu as eu le temps de bosser tes exam alors !
  • Ho, tu as dû t’ennuyer !
  • C’est pas souvent que tu restes chez toi le week-end dis donc !

Une question attend une réponse. Votre ami a probablement prévu des réponses toutes faites, c’est le principe même du mensonge : on prépare le terrain pour raconter une histoire. Si la personne en face de vous casse ces plans, on peut avoir du mal à déballer notre mensonge.

En affirmant quelque chose, vous déstabilisez complètement votre interlocuteur qui, dans la plupart des cas, n’aura pas prévu ce genre de répartie. Il devra s’adapter à votre prose et revoir rapidement ses répliques prêtes-à-l’emploi. Bafouillages et rougissement garantis !

Une fois votre interlocuteur pris au piège et mal à l’aise, vous avez légitimement le droit de lui demander la vérité. Si le mensonge était léger, il craquera sans problème.

Dans cet article sur la conversation (lire : “La boite à outils du bon manipulateur : l’art de la conversation”), j’explique qu’utiliser des phrases affirmatives en plein milieu d’une discussion est le meilleur moyen de créer un blanc, un malaise. Dans la technique que j’ai expliqué plus haut  c’est justement le but ! Si votre interlocuteur n’a rien à vous cacher, une affirmation ne devra susciter aucun malaise, il vous répondra tout naturellement en se justifiant avec franchise. Le menteur, lui, devra restructurer son mensonge pour l’adapter à votre semblant d’interrogatoire.

Stéphane

Stéphane Paton

Auteur turbulent, et fondateur de l'Institut Pandore. Je me lasse de tout, sauf d'apprendre et de dire des gros mots. J'écrivais sous pseudonyme (Félix Boussa et Charles Cohle).

19 commentaires

  • merci pour l’article !
    J’aurais bien aimé un jour que tu fasse un sujet sur la Rhétorique l’art de bien parler tout en persuasion je suppose que tu connais 😀

    • Hello Santoryo,

      On m’a demandé d’écrire un article sur “comment avoir confiance en soi et bluffer tout le monde lorsqu’on parle en public”, pour _bien_ parler, bien s’exprimer. Est-ce que ce genre d’article t’irait ? Sinon, détaille moi ta demande, je ferai mon possible ! 🙂

  • J’ai déjà essayé d’employer ces techniques auparavant, les personnes sur qui j’ai testé ont tout simplement répondu :
    – Ouais

    Ça fait que c’était très difficile de déceler un mensonge voire de continuer la conversation…

  • Enfaite la rhétorique c’est une façon de parler avec aisance mais ce sont des techniques pour permettre d’argumenter , convaincre , persuader mais de façon très technique d’ailleurs je me suis intéressé à cela et sa vaut vraiment le coup, les hommes politiques utilisent souvent.

    je te donne juste un aperçus par ex : il y a ce qu’on appel :

    – L’enchaînement de contraintes : vous n’êtes peut-être pas assez courageux pour comprendre mon point de vue…

    Cette méthode conduit le récepteur a accepter ou à refuser dans son élan les deux idées en même temps…

    ou du style : Vous ne voulez pas mettre au point ce programme de construction de porte-avions ; je ne comprends pas pourquoi vous voulez laisser notre pays sans défense. »

    La proposition « je suis contre la construction d’un porte-avions » a été détournée en « je suis contre la défense de mon pays », argument beaucoup plus facile à mettre en défaut.

    c’est sous cette forme d’idée sa permet aussi de bien s’auto-défendre mais tout en ayant une très bonne répartie 🙂 à répondre à son interlocuteur pour le remettre en question par ses propres propos et bien d’autre encore mais j’avoue par contre sa demande de l’entrainement mais quand tu maitrise ce qu’est la rhétorique je trouve que c’est un très bon outils de répartie.

  • Salut,
    Pour commencer, je suis nouveau sur ce blog (je suis là depuis 3 jours) et je tiens à dire que tout est très intéressant et j’apprend énormément de choses et pour ça je t’en remercie. Pour réagir à l’article, il y a certaines choses qui permettent de faire cracher le morceau à quelqu’un.Il suffit d’avoir une idée de ce qu’a fait la personne, et on l’emmène là où l’on veut. En introduisant de sujet de manière implicite, la personne peut se sentir “prise” au piège, et va se dire que vous savez, ce qu’il y a à savoir, donc elle avouera facilement. Avec cette technique il suffit d’utilisé les moyens présent dans l’article pour gagner la confiance de quelqu’un et le tour est joué.
    J’espère que tu comprendras ce que je veux dire et que tu ne trouveras pas ma réflexion trop “simpliste”.
    A plus,
    Nicolas

  • bonjour tout le monde,

    Faites attention de bien regarder ses expressions du visage voir même ses gestes.
    Une personne qui vous mentira , ou vous répondra juste un ” ouai ” se trahira toute seul avec ses geste, quelques exemples.
    _ les main cachés sous la table ( cache quelque chose )
    _ passe un coup de langue sur ses lèvres avant de répondre ( le stress bloque les glandes salivaires, ce qui déclenche se fameux lechouillage )
    _ la personne se gratte le nez ou le bout d’une oreille ( le fait de mentir fait monter l’afflux sanguin au niveau du visage, se qui provoque des picotement au extrémités du visage )
    _ la personne fait des grand gestes d’habitude, et la des que vous lui parler du sujet, ses gestes ne dépassent pas ou rarement la largeur de ses épaules, il vous ment.
    _ la personne croise les bras ( attitude défensive )
    _ la personne, assise, change de position et se calle bien au fond de son siège ( la personne sait dans se cas la , que sa réponse peux provoquer de l’énervement de votre part selon votre réponse).

    Et encore beaucoup d’autres technique existent pour savoir si votre interlocuteur vous ment. toutefois , je dois avouer que les techniques de Félix sont plus que efficaces, et une fois combinés au gestes de la manipulation, sont juste extraordinaire .

  • que de la pure théorie tout ça, dites nous ou vous a méné cette pseudo-connaissance ? Si ce n’est-ce à vendre des livres à 15 euros l’unité ? Franchemment je trouve que ces conseils n’ont pas la moindre mesure de la réalité. Linguistiquemment parlant vous devriez vous faire assister.

  • salut felix boussa moi aussi j’adore le le mentalisme et la manipulation mentale moi je voudrais etre mentaliste pour etre comme Patrick jane dans mentalist , parc’que il y’a des gens qui ne sont pas bon dans le monde

Stéphane

Stéphane Paton

Auteur turbulent, et fondateur de l'Institut Pandore. Je me lasse de tout, sauf d'apprendre et de dire des gros mots. J'écrivais sous pseudonyme (Félix Boussa et Charles Cohle).

Refaites le monde avec nous