Accueil > Mentalisme > 6 trucs psychologiques que vous DEVEZ connaître (pour briller en société)

6 trucs psychologiques que vous DEVEZ connaître (pour briller en société)

En lisant des livres ou en surfant sur Internet, je suis souvent tombé sur des faits ou des théories psychologiques marrantes, originales ou curieuses que j’ai mises dans un coin de mon bloc-notes.

Je ne peux pas faire un article sur chacune d’elles, alors j’ai décidé de les regrouper dans ce petit billet ! Voyez ça comme un amuse-gueule, et n’hésitez pas à fouiller un peu le sujet en lisant les sources de l’article. J’espère que mes choix vous surprendront !

 1. Le nombre de Dunbar

L’anthropologue britannique Robin Dunbar a défini que le nombre maximal d’amis avec lesquels nous pouvons entretenir une relation vraiment stable était de 150. Cette limite est inhérente à la taille de notre néocortex, une zone précise de notre cerveau. Pour faire simple, les gens qui prétendent avoir plus de 150 amis sont un peu des menteurs ! 🙂

Graph de l’évolution du nombre de Dunbar pour différents êtres vivants (cliquez pour agrandir)

On parlait beaucoup du nombre de Dunbar lorsque Facebook a commencé sa percée ! Les sociologues s’étonnaient que l’on puisse avoir 400, 500, 3000 ou même 5000 amis, mettant en avant la théorie de Dunbar.

D’autres études ont été menées au sujet de la taille maximale d’un groupe social. Par exemple, un groupe de scientifique a découvert que des disputes familiales apparaissent inexorablement chez les Yanomami (une tribu indigène)  lorsque la tribu dépassent les 300 membres. Je me demande quel chiffre on trouverait si cette étude était faite en Europe…. 10 ?

Au contraire, dans certains groupes de babouins, le chef mâle n’arrive à obtenir l’obéissance et la paix dans le groupe qu’à partir de 300 individus.

En bref, quelque soit le réseau social (au sens large) dont on parle, il existe donc une taille critique à partir de laquelle la situation peut changer du tout au tout.

2. Le syndrome de Stockholm

"Je ne sais pas si j'aime vraiment mon travail.... ou si c'est le syndrome de Stokholm"
“Je ne sais pas si j’aime vraiment mon travail…. ou si c’est le syndrome de Stockholm”

Celui-ci est assez connu. Il s’agit du phénomène selon lequel les victimes de prise d’otage développent un lien affectif plus ou moins fort avec leur ravisseur. L’histoire à l’origine du syndrome est sympa, j’avoue que je ne la connaissais pas avant d’écrire cet article :

Le 23 août 1973, un évadé de prison, Jan Erik Olsson, tente de commettre un braquage dans l’agence de la Kreditbanken du quartier de Norrmalmstorg à Stockholm. Lors de l’intervention des forces de l’ordre, il se retranche dans la banque où il prend en otage quatre employés. Il obtient la libération de son compagnon de cellule, Clark Olofsson, qui peut le rejoindre. Six jours de négociation aboutissent finalement à la libération des otages. Curieusement, ceux-ci s’interposeront entre leurs ravisseurs et les forces de l’ordre. Par la suite, ils refuseront de témoigner à charge, contribueront à leur défense et iront leur rendre visite en prison. Une relation amoureuse se développa même entre Jan Erik Olsson et Kristin, l’une des otages. La légende veut qu’ils se soient mariés par la suite, mais cela fut démenti.

Ce syndrome agit malheureusement aussi dans d’autres situations bien différentes :

  • Par exemple dans les rapports entre un dictateur et son peuple (idolâtrie, culte de la personnalité) ;
  • Dans le cas des violences conjugales…
  • ou de maltraitance.

3. Le nombre magique : 7 ± 2 (7 plus ou moins 2)

Selon une étude du Docteur Miller en 1956, la capacité de notre mémoire de travail – c’est à dire la mémoire à court terme de quelques secondes – est limité à 7 (plus ou moins 2) éléments, c’est à dire de 7 à 9 éléments.

Mémoire de travail

Par exemple lorsque vous lisez une recette : “500g de farine, 3 oeufs….”. Voila un exemple d’espace de mémoire de travail. Pareil lorsque vous entendez un numéro de téléphone que vous devez retenir en quelques secondes.

Selon le nombre magique, il est difficile ou impossible de retenir ±7 éléments simultanément. En réalité, une seconde étude plus récente a démontré que ce nombre d’éléments était plus aux alentours de 3 ou 4. Outch.

La solution pour améliorer votre mémoire de travail : créer des associations d’éléments au lieu de retenir chaque élément séparément. Par exemple, regrouper les chiffres du numéro de téléphone par 3 au lieu de les associer par paires. Vous passerez de 5 éléments à 3 éléments (en enlevant le zéro initial du numéro).

4. L’effet dit “de la troisième personne”

Autrement dit : “les autres sont influençables, moi non pas du tout”. On est souvent confronté à cet effet lorsqu’on entend des gens parler de télévision : “pfou, les gens se font manipuler par les médias, il suffit de regarder le JT ! Moi je me fais pas influencer, je regarde le JT mais ça n’a pas d’effet sur moi”.

"Quelle influence ?" - dit elle avec son gobelet MacDo à la main et son look fashion.
“Quelle influence ?” – dit elle avec son gobelet MacDo à la main et son look fashion.

Pour pousser le vice, une étude a été menée sur Internet en 2015 par le biais d’un sondage (plus de 9000 réponses). Les questions étaient du style :

Pensez-vous que le nombre de “likes Facebook” au pied d’un article de blog peut :

❏ vous influencer ?
❏ influencer vos amis ?
❏ influencer les autres gens ?

Voici les résultats du sondage :

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Autrement dit :

  • 81.3% des gens pensent que les autres pourront être influencés si un article affiche un grand nombre de lecteurs ;
  • 80.65% […] si un article affiche un grand nombre de “lu par X personnes” ;
  • 71.1% […] si un article affiche un grand nombre de likes, tweets, partages, ….

“Les autres”, mais pas eux. 🙂

5. La fameuse étude de Cambridge

Sleon une édtue de l’uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers dnas un mot n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire sioent à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlblème. C’est prace que le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmome un tuot.

Ce truc est célèbre, mais ce que peu de gens savent, c’est qu’il s’agit en réalité d’un canular. Aucune université à Cambridge n’a réalisé une étude à propos de l’ordre des lettres dans un mot.

En effet, le phénomène est vite limité. Dans le texte qui sert d’illustration, les mots sont rarement composés plus de 4 ou 5 lettres. Dès qu’un mot dépasse 6 lettres mélangées, il devient difficile de le remettre en ordre. C’est d’ailleurs le principe du célèbre jeu “des chiffres et des lettres”…

6. Il faut 66 jours pour changer une habitude

Cette loi semble assez empirique et basée uniquement sur une étude, mais le protocole est intéressant. Selon Phillippa Lally et son équipe de chercheurs à Londre, il faudrait 66 jours à un individu pour réellement transformer une action en une habitude de vie.

Calendrier habitude

L’étude a été menée sur 96 participants, et tous les détails sont ici (payant malheureusement) : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/ejsp.674/abstract

Toujours selon cette étude, une habitue se crée lors d’un processus en 3 étapes (appelé “une boucle d’habitude”) :

  1. Un élément déclencheur qui “commande” à votre cerveau qu’un changement doit avoir lieu (“je suis gros !”) ;
  2. Vient le comportement lui-même, que vous tentez de rendre routinier (“je mange sainement, je mange moins…”) ;
  3. S’ensuit la récompense, une sensation qui plaît au cerveau et qui vous incite à recommencer (“wow, je me sens léger !”) ;

Ce procédé est le même qu’il s’agisse d’une “bonne habitude” (sport, activité intellectuelle, …) ou d’une mauvaise (fumer, mal-bouffe, …).


J’espère que ce petit article “fourre-tout” vous a appris des choses intéressantes 🙂 À la prochaine fois pour un article plus mentaliste que jamais.

Stéphane

Stéphane Paton

Auteur turbulent, et fondateur de l'Institut Pandore. Je me lasse de tout, sauf d'apprendre et de dire des gros mots. J'écrivais sous pseudonyme (Félix Boussa et Charles Cohle).

13 commentaires

  • C’est très intéressant merci Félix !
    Mais … ne nous sommes pas fait influencés par ta phrase sur le lien facebook ? ” pour briller en société ” , même sans le savoir Je brille en société ! ( humour ) 🙂 mais j’avoue que ça attiré mon attention plus que tout.
    Continue de poster des choses, même comme celle la, c’est toujours plaisant de les lire 🙂

  • Hello, Félix.
    Comme toujour les articles que tu pulbie sont trse intéressant .
    Je vias puovior fiare d’uatre rehcrehce
    Srutuot celle sru Cambridge.
    Je tourve cela fascinant d’essayer de comprendre le fonctionnement de notre cerveau et ainsi notre comportement.
    J’attend avec impatience tes autres publications.
    Bonne journée.

  • Bonjour
    C’est la première fois que je visite ton blog, et je le trouve très intéressant… surtout pour vrai naïve comme moi.
    A bientôt.

  • Ce site est vraiment intéressant, mais je me demande dans quelle mesure les informations sont pertinentes et véritable, ou tout du moins plus pertinentes que les autres que l’on peut trouver sur d’autres sites. Le travail est impressionnant cela dit !

    • Bonjour JL,

      Je suis accroc au “nobullshit”, c’est à dire que je déteste absolument la psychologie de comptoir, ou la science de comptoir. Mes articles sont toujours basés sur des anecdotes que j’ai vécues, ou des choses dont je suis sûr. Je n’écris pas pour faire sensation ou raconter des trucs merdiques de PNL ou que sais-je.

      Merci pour les compliments !
      Félix

  • Bonjour Félix.
    Ayant l’intention de développer un blog sur le développement personnel, je faisais des recherches afin de trouver une sous-niche du développement personnel ou le développement personnel développé pour une certaine catégorie de personnes. En faisant quelques recherches, je suis tombé sur ton site et c’est une révélation. Je ne veux pas créer un blog sur le même thème que toi mais ça m’a ouvert les yeux sur quelque chose dont j’ai BESOIN de développer et que je n’ai pas trouvé sur les multiples sites de développement personnel que je suis avec intérêt. Je te rajoute dans ma liste de blogs à suivre et viens d’acheter ton ebook. C’est super et merci, ton blog est vraiment agréable tant au niveau visuel qu’ergonomique et le contenu est très intéressant/pertinent.

    A très bientôt
    Amicalement, David

Stéphane

Stéphane Paton

Auteur turbulent, et fondateur de l'Institut Pandore. Je me lasse de tout, sauf d'apprendre et de dire des gros mots. J'écrivais sous pseudonyme (Félix Boussa et Charles Cohle).

Refaites le monde avec nous